Utilisation des outils de prévention

Aucun outil n’est préventif en soi. Il constitue seulement un support qui permet aux jeunes de vivre des sensations, des émotions au travers de situations dans lesquelles il se retrouve acteur. C’est l’exploitation de cette mise en situation qui permettra d’atteindre des objectifs de développement personnel et relationnel adaptés aux préoccupations et besoins des jeunes. Les buts poursuivis par l’animateur favoriseront une approche positive du bien-être en ouvrant les représentations des jeunes vers d’autres opinions, d’autres comportements plutôt qu’en stigmatisant les comportements à risques.

1. CRÉER UN CLIMAT DE CONFIANCE MUTUELLE

L’expression de soi et l’écoute des autres se développe dans un climat de confiance mutuelle.
Créer cet espace de communication constitue un des premiers objectifs préventifs à atteindre.
L’animateur rappellera au groupe différents principes à respecter lors de l’animation :
La confidentialité : Il insistera sur le principe de confidentialité afin que chacun puisse s’exprimer en étant assuré de la discrétion du groupe.
Le respect et l’écoute des autres : Il veillera à ce que chaque jeune développe ses opinions sans être interrompu par les autres même si celles-ci vont à l’encontre de ses propres convictions ou de celles du groupe.
Parler à la première personne : Il aidera chaque jeune à parler en son nom propre et à s’exprimer en disant “je”, à parler de soi et à partir de soi plutôt que de se cantonner dans des généralités.
Si le jeune émet des clichés, des préjugés, il lui permettra de se positionner :

Et toi, qu’est-ce que tu en penses ?
Et toi, es-tu d’accord avec cela ?
Qu’est-ce qui te fait dire cela ?
Comment le sais-tu ? …

Liberté d’investissement : L’animateur laissera chacun libre de son degré d’investissement mais sera attentif à ce
que chacun ait l’occasion de s’exprimer.

2. CHOIX DE L’OUTIL

L’outil sera choisi par l’animateur (enseignant, éducateur…) en fonction de sa personnalité et de son rôle ou sa fonction auprès des jeunes.
Il se sentira à l’aise avec l’animation et pourra l’exploiter par la suite.
L’outil sera adapté au vécu des jeunes ainsi qu’aux besoins et préoccupations de la classe ou du groupe.

3. LES DIFFÉRENTES PHASES D’EXPLOITATION DE L’OUTIL

La mise en situation : L’animateur rappellera le climat de confiance dans lequel se dérouleront ces séances. Il expliquera les règles ou consignes aux participants ainsi que les différents rôles à jouer s’il y a lieu.
Expression et prise de conscience : Dans un second temps, un débat en grand groupe permettra à chaque participant d’exprimer ce qu’il a vécu et ressenti au travers de la mise en situation. Le rôle de l’animateur consistera à aider chaque jeune à s’exprimer en veillant à ce qu’il ne soit ni interrompu ni critiqué.
Les questions qu’il posera seront du type :
Quelles sont tes impressions ?
Qu’as-tu vécu ?
Qu’as-tu appris de toi, des autres ?
Qu’est-ce qui était important pour toi ?
Comment sais-tu cela ?

Il pourra aussi reformuler les paroles du jeune afin de vérifier si ses paroles ont été comprises: “ Si je comprends bien, tu ressens, tu penses… ”

Cette étape est importante parce qu’elle permettra d’être à l’écoute des représentations de chaque jeune et de connaître leurs opinions et préoccupations. L’animateur pourra faire émerger les différences entre les vécus des jeunes et les reconnaître comme telles.

A la fin de cette séance, il fera une synthèse en relevant les différentes opinions ou vécus des participants ainsi que les thèmes de discussion.

Elargissement : L’animateur invitera les jeunes à transposer la situation vécue à d’autres contextes.
“ Ce que tu as ressenti et vécu maintenant te rappelle-t-il, te fait-il penser à d’autres situations vécues ? ”
Pont vers le futur : Pour intégrer les découvertes des élèves sur eux-mêmes, sur les autres, sur le groupe,
l’animateur invitera les élèves à établir un pont vers l’avenir.
“ Avec ce que tu viens de découvrir, comment vois-tu que cela va se passer pour toi dans les mêmes circonstances ? ”
“ Que pourrais-tu ou pourrait-on changer ? ”
Au niveau institutionnel, la mise en place de ces animations pourra déboucher sur des projets à moyen ou long terme au niveau de la classe, du groupe ou de l’institution.